Opel GTC

Opel GTC

vendredi 28 décembre 2012

De l'hypertexte à l'extrêmetexte

Pour la représentation graphique et synthétique de connaissances facilement partageables

Acquérir un ensemble complet et cohérent de connaissances sur un domaine donné nécessite méthode et concentration. Le concept d'extrêmetexte - complémentaire à celui d'hypertexte - se propose de faciliter l'acquisition de connaissances spécifiques à l'aide d'une représentation graphique 2D synthétique des connaissances à visiter.

Introduction

Surfez-vous sur les encyclopédies en ligne à la recherche de connaissances ?  Utilisez-vous par exemple Wikipédia pour assouvir de temps en temps une fringale de savoirs techniques ou de connaissances professionnelles sur un sujet donné ?

Qui d'entre vous n'en ressort pas frustré ?  Qui n'a pas alors le sentiment diffus d'un investissement cognitif beaucoup trop chronophage ?  En effet, cette navigation dans le monde des érudits ayant en général duré plus longtemps que prévu, elle aboutit rapidement à un foisonnement informationnel qui engendre surcharge cognitive et stress cérébral ... notamment face à l'immensité du savoir à assimiler sur le sujet considéré ?

Nous baptisons "effet tunnel hypertexte" ce cheminement cognitif pseudo-aléatoire ou quasi-erratique où l'utilisateur entre dans un tunnel encyclopédique - qui s'avère en fait être plutôt un labyrinthe - sans savoir quand et surtout s'il va en ressortir avec les bonnes connaissances ...

Autant - en contexte privé de sérendipité - cette navigation au fil de ses envies cognitives et de sa curiosité académique peut apporter une certaine satisfaction à son ouverture d'esprit, autant - en contexte professionnel où le temps est limité - cet "effet tunnel" n'est pas acceptable.

En 2010 et dans le contexte des outils nouveaux du web 2.0, il devient possible de proposer une nouvelle façon de présenter les savoirs - sous la forme d'une représentation synthétique des connaissances que nous dénommons "extrêmetexte" - complémentaire à l'hypertexte, concept fondateur du web 1.0 des années 1990.

Aussi ce knol présente-t-il le concept d'extrêmetexte, proposition innovante pour une navigation synthétique et structurée dans la connaissance ...  Avec l'extrêmetexte, il s'agit d'enrichir la navigation analytique et instinctive proposée par l'hypertexte d'une vision globale et systématique du champs des connaissances à visiter.


Concept d'extrêmetexte

Dans le contexte de la théorie positiviste KnoVA de la connaissance, nous proposons ici 3
définitions entrelacées :
  • extrêmetexte : représentation graphique 2D réticulaire d'un ensemble de connaissances permettant de percevoir macroscopiquement le contenu d’une compétence métier, de connaître quelles sont les proximités logiques des connaissances constituantes et de butiner interactivement – à l’aide d’un navigateur tridimensionnel spécifique dénommé "survoleur" – d’un cogniton à l’autre sans chemin pré-établi. Ex : extrêmetexte du vocabulaire métier de la soudure TIG des structures métalliques.
  • cogniton : granule élémentaire typé et non-fissible de connaissance mesurable constituant une parcelle cognitive d'une compétence métier donnée. Ex : "l'aluminium est plus difficile à souder que l'acier", "il existe 3 opérateurs booléens de modélisation géométrique solide : union, intersection, soustraction", "l'angle de dépouille des pièces moulées en fonte est de 6°",
  • compétence métier : ensemble complet et cohérent de cognitons, structuré et organisé vers l'action, détenu par une ou plusieurs personnes expérimentées de l'organisation et représentable à l'aide d'un ou plusieurs extrêmetextes. Ex : compétence métier "Concevoir et dimensionner un châssis mécano-soudé d'un véhicule de compétition automobile", compétence métier "Architecturer une liaison au sol de train à grande vitesse".



Fig. 1 : Solide CSG de carter.

Exemple d'extrêmetexte

Le lien ci-joint donne accès à l'extrêmetexte du vocabulaire métier relatif à la modélisation numérique en géométrie 3D.
Ainsi, on y apprend que le professionnel de la modélisation géométrique 3D doit connaître un ensemble de concepts reliés entres eux tels que les notions de PRIMITIVE, de SOLIDE CSG, d'OPERATEUR BOOLEEN.
Le graphe sémantique présenté ici en exemple est l'extrêmetexte montrant graphiquement l'étendue du vocabulaire métier à connaître en modélisation 3D. Chaque nœud de l'extrêmetexte est cliquable et représente un cogniton terminologique.  Chaque arc de l'extrêmetexte est un lien cognitif qui permet de former des prédicats du type "Sujet-->verbe-->Complément" en respectant le sens de la flèche (ex: "Un tore est-un-exemple-de PRIMITIVE", "UNION est-un OPERATEUR BOOLEEN", "Un SOLIDE CSG a-une Volumétrie").


Utilité de l'extrêmetexte

Dans le cadre de la méthode KnoVA, le concept d'extrêmetexte a plusieurs finalités :
  • donner au lecteur en recherche de connaissances une vision "globale hélicoptère" sur le domaine de connaissance en cours d'investigation,
  • permettre des zooms cognitifs locaux par clic sur les cognitons positionnés aux noeuds de l'extrêmetexte,
  • montrer les interrelations des connaissances entre elles à l'aide de liens cognitifs reliant entre eux les cognitons de l'extrêmetexte,
  • supprimer l'effet tunnel hypertexte en donnant au lecteur une vue globale et synthétique sur l'ensemble du savoir contextuel à acquérir lors de la recherche d'une connaissance.


Exemple de formalisme graphique

La figure 2 présente un formalisme graphique - de type ontologie - pour un extrêmetexte terminologique appliqué au vocabulaire des utilisateurs de la plateforme Knol (i.e: les KNOLEURS) :
  • les termes disjonctifs sont rectangulaires roses ombrés (ex: un KNOLAUTEUR est ou un KNOLAPPRENTI ou un KNOLECTEUR ou un KNOLACTEUR),
  • les termes composés sont rectangulaires jaunes (ex: un KNOL est composé d'une Taille informationnelle, d'une Taille lexicale, d'une Taille rédactionnelle et d'une Taille cognitive),
  • les termes scalaires sont oblongs cyan et sont mesurables par un nombre (ex: Taille lexicale de ce knol = 582 mots),
  • les termes liants sont oranges et permettent d'énoncer des prédicats du type "Sujet --> a-pour-Terme-Liant --> Complément" (ex: un KNOL a-pour-Propriétaire un KNOLAUTEUR).
Fig. 2 : Exemple d'extrêmetexte du vocabulaire métier de la communauté des Knoleurs.


Positionnement sémantique

Dans le modèle KnoVA, l'extrêmetexte est positionné dans un réseau sémantique précis :
  • supertexte <-- extrêmetexte --> mot
avec:
  • supertexte = concept rédactionnel correspondant ou à un Texte ou à un Hypertexte ou à un Extrêmetexte,
  • extrêmetexte = texte en 2 dimensions, présentant graphiquement plusieurs supertextes reliés entre eux,
  • hypertexte = texte en 1,5 dimension, présentant linéairement plusieurs textes ou hyperliens réliés à des hypertextes,
  • mot = unité textuelle, correspondant à un lexème.
Fig. 3 : Ontologie extrêmetextuelle formalisant le concept d'extrêmetexte.

Historique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire